Eaux usées : menace sanitaire ou ressource durable ?

Journée mondiale de l'eau

La Journée mondiale de l’eau est depuis 1993, l’occasion pour l’ONU de mettre en lumière une problématique spécifique et d’exposer ses recommandations. Alors que l’accès à une eau de qualité et à des installations sanitaires est reconnu, depuis 2010, comme droit humain fondamental, le constat actuel est accablant :

  • 80% des eaux usées provenant des activités humaines sont déversées dans la nature sans traitement préalable

  • 1,8 milliard de personnes utilisent une eau contaminée par des matières fécales

  • 663 millions de personnes n’ont accès qu’à des points d’eau « non améliorés » (non protégés des contaminations extérieures)


L’efficacité énergétique fait partie des objectifs de l’ONU « pour transformer le monde ». Votre logement est-il energétiquement efficace ? Faites le test.


Les eaux usées : une ressource mondiale sous-estimée

Le message que souhaite faire passer l’ONU à l’occasion de cette journée est le suivant : les eaux usées sont une ressource pour l’humanité et non pas un déchet. Encore faut-il savoir l’exploiter.

La demande mondiale en eau devrait avoir doublé d’ici 2030. Le traitement adéquat des eaux usées représente donc une solution essentielle à la satisfaction de ces besoins grandissant.

L’ONU identifie trois axes d’action pour l’optimisation de la gestion de l’eau :

  • Les zones urbaines : dans les quartiers pauvres des pays en développement, les eaux usées sont déversées sans traitement dans les eaux de surface environnantes. Les villes disposant de moyen de collecte des eaux usées ne sont pas pour autant épargnées par les recommandations de l’ONU. Les installations d’épuration laissent passer des polluants nuisibles pour l’humain et l’écosystème : c’est le cas des perturbateurs endocriniens..

  • L’industrie : la consommation d’eau du secteur représente environ 22% de la consommation globale. Une moyenne à mettre en perspective, car selon les chiffres de 2009, les industries européennes et nord-américaines sont responsables de 50% de cette consommation, tandis que les industries des pays en développement n’en utilisent que 4% à 12%.

  • L’agriculture : la demande en eau à usage agricole progresse à rythme non durable. Le recours aux eaux non traitées est malheureusement fréquent pour assurer un rythme de production suffisant. Selon les cas de figure, les causes sont la difficulté d’accès aux ressources en eau saine ou encore le potentiel fertilisant de ces eaux pour les sols.

L’eau occupe donc une place majeure dans le développement durable. Son optimisation appuie un mode développement respectueux des écosystèmes et résulte d’une vision holistique du cycle de l’eau. Le développement de sources d’énergie telles que l’éolien, le photovoltaïque ou la géothermie devrait permettre de diminuer la part de l’eau dédiée à la production d’énergie.

Le saviez-vous ?

 

Une installation aérovoltaïque exploite jusqu’à 80% le potentiel solaire, contre 20% pour les panneaux photovoltaïques. Quelle Energie vous accompagne dans vos projets d’installation et vous met en contact avec des professionnels qualifiés pour leur réalisation.

 

La qualité de l’eau en France

En 2015, la France comptait près de 6 000 sites et sols qualifiés de pollués (appelant une action de l’administration à titre préventif ou curatif). Dans environ 50% des cas, les eaux souterraines à proximité ont fait les frais des activités pratiquées sur ces sites. Il s’agit principalement d’anciens sites industriels, de dépôt de déchets et d’hydrocarbures. En 2013, 90% des eaux souterraines étaient considérées comme « en bon état » contre 10% « en état médiocre ».

Eau du robinetL’UFC-Que Choisir a révélé en janvier dernier que pour 2,8 millions de Français l’eau du robinet est polluée par les pesticides, les nitrates ou le plomb. L’ensemble du réseau reste à 96% composé d’eau potable de bonne qualité et les Français se déclarent confiants à 81% à l’égard de l’eau du robinet, selon un sondage TNS Sofres.

Outre les contaminations d’origine agricole ou bactérienne, les canalisations elles-mêmes ont leur responsabilité dans la non-conformité de l’eau. Pour environ 3% des logements français, la vétusté des canalisations laisse apparaitre une teneur en plomb, cuivre, nickel ou chlorure de vinyle.

Le manque d’entretien des canalisations représente également une source colossale de gaspillage. Le réseau, long d’un million de kilomètres, accuse actuellement des pertes d’eau s’élevant à 30% en moyenne. L’Agence française de la biodiversité estime à 800 millions d’euros l’investissement nécessaire à la remise à neuf du réseau de canalisations français.

Quelles mesures politiques pour l’eau en France ?

En cette période électorale, le collectif Coalition Eau et la FP2E ont récemment interpellé les candidats sur les défis de la politique de l’eau.

Coalition Eau, qui regroupe 30 ONG françaises pour l’accès à l’eau et à l’assainissement pour tous, rappelle les priorités, tandis que la Fédération Professionnelle des Entreprise de l’Eau (FP2E) expose ses propositions aux candidats :

Les priorités du collectif Coalition Eau Les propositions de la FP2E
Appliquer le droit humain à l’eau et à l’assainissement Résorption de la fracture territoriale : en zone rurale la non-conformité de l’eau est 20 fois supérieure à celle des villes.
Atteindre l’Objectif pour le Développement Durable Eau et Assainissement Transition écologique : améliorer les procédés de détection et de traitement des micropolluants. Des actions qui pourraient être financées sur le principe « pollueur – payeur ».
Placer l’adaptation au changement climatique dans le domaine de l’eau au cœur de la politique extérieure française. Eau et sécurité : les risques liés aux inondations concernent aujourd’hui 17 millions de français.
Répondre aux crises humanitaires Utilisation de l’argent public : La FP2E appelle à une politique volontariste permettant aux acteurs d’investir sans répercuter les coûts sur les consommateurs.

Espérons que l’attention du futur président pour les problématiques environnementales ne sera pas proportionnelle au temps de parole accordé au sujet lors du dernier Débat de la Présidentielle : à savoir moins de 5% de l’émission.

Vos réactions



Gratuit !

Les services Quelle Energie :

House-dpe-blue

Découvrez les solutions d'économie d'énergie adaptées à votre logement
Faire le test

Calculatrice-blue

Calculez vos aides et subventions
Calculer mes aides

Quotation-blue

Rencontrez des artisans qualifiés
Demander un devis gratuit


Avis des internautes (1090)

8,6/ 10

Afficher tous les avis

A PROPOS DE CET ARTICLE

Les lecteurs ont aussi aimé :