L’interview d’Alain Maugard, Président de QUALIBAT

L'entretien avec Alain Maugard

Ce lundi 14 mai 2018, QuelleEnergie.fr a eu l’honneur de se rendre dans les locaux de QUALIBAT et de rencontrer Alain Maugard pour une interview exclusive.

QuelleEnergie.fr : Quelles sont les principales préconisations du plan de rénovation qui vont permettre d’accélérer la rénovation énergétique en France ?

« On parle ici d’une logique de rénovation par étapes. »

Alain Maugard : Tout d’abord, le plan de rénovation doit être mis en perspective avec les objectifs de performance de la construction neuve, à savoir le label E+C-. Plus la construction neuve est performante, plus le stock de logements existants doit progresser pour atteindre ce niveau. Les deux politiques sont liées. Sur le Plan lui-même, le premier constat est qu’il s’inscrit clairement dans une politique de long terme. Certains objectifs ont déjà pour échéance les dates de 2030 et 2050. D’autres plans suivront et un effort constant sera fait dans le domaine de la construction.

Dans les objectifs à moyen terme du Plan, on peut noter 2 particularités, par rapport au précédent. La première, c’est qu’il se concentre davantage encore sur les passoires thermiques et sur la lutte contre la précarité énergétique.

Rénovation EnergétiqueLa seconde particularité du Plan est qu’il adopte une approche pragmatique pour faire face à ce challenge de manière efficace. A titre d’illustration, on constate que la demande de travaux exclusivement dédiés à l’amélioration de la performance énergétique par les particuliers est pour l’instant, trop rare. La demande actuelle est en tout cas est trop faible pour pouvoir conduire aux quelques 500.000 chantiers attendus. Cela s’explique par le fait que la plupart des travaux de rénovation sont réalisés pour des raisons de confort, d’agrandissement de la famille, de maintenance ou de remplacement d’équipement ou encore de maintien à domicile. Le pragmatisme engage donc à encourager, à l’occasion de ces travaux de rénovation générale, « l’embarquement » de travaux complémentaires d’efficacité énergétique.

On parle donc ici d’une logique de rénovation par étapes.  Il s’agit de faire en sorte que les particuliers envisagent le maximum d’étapes et qu’ils embarquent des travaux de rénovation énergétique le plus grand nombre de fois possible. Nous envisageons de consigner toutes ces étapes dans un « carnet numérique énergétique », attaché au bâtiment. Ce carnet deviendra sans doute à terme un élément central de la « valeur verte » d’un bâtiment.

Pour massifier la rénovation au travers de cette approche par étapes, il faut récompenser, au travers d’une modulation des aides, les ménages les plus actifs, les plus constants et les plus fidèles à l’objectif de performance énergétique et de lutte contre l’effet de serre.
Rénovation Energétique

QE : Le plan vise à fiabiliser l’étiquette énergie des logements. Comment renforcer la confiance des particuliers vis-à-vis du Diagnostic de Performance Energétique ?

A. M. : Nous avons choisi de renforcer la place du DPE, qui reste le juge de paix de la performance énergétique des logements. Pour cela, nous allons utiliser des méthodes de diagnostic plus fines, plus précises, avec des calculs améliorés et davantage de paramètres pris en compte. Nous allons également être plus exigeants sur la formation et la qualité des diagnostiqueurs. Enfin, nous envisageons de rendre le DPE opposable à l’horizon 2019.

QE : Le plan de rénovation met l’accent sur le numérique. Selon vous, quel rôle peuvent jouer les plateformes digitales comme Quelle Energie dans ce contexte ?

A. M. : Les plateformes sont utiles dans la mesure où elles permettent de faire un premier tri et d’écarter les entreprises malhonnêtes, attirées par ce marché prometteur et « juteux » pour elles, sans avoir ni compétences ni expérience. Le second intérêt est qu’elles permettent de recueillir les appréciations des clients,
« L’accent va être mis sur la qualité des travaux, dans le respect des règles de l’art. »ce qui est une bonne chose pour la notation des services. Cependant attention, s’agissant d’un secteur comme le bâtiment, le client n’est ni connaisseur ni sachant en ce qui concerne les règles de l’art, et n’est donc pas à même de donner une opinion fondée sur la qualité réelle, technique, des entrepreneurs. Ce rôle, c’est précisément celui d’un organisme professionnel de qualification comme QUALIBAT, qui dispose en interne des compétences et de l’expérience, de commissions d’examen des dossiers de candidatures indépendantes, qui rassemblent des professionnels, sans compter nos auditeurs spécialistes du bâtiment.

QE : Dans le plan de rénovation, un axe est dédié à « l’accélération de la montée en compétence de la filière pour améliorer la confiance et la qualité ». Quelles conséquences de ces travaux pour l’évolution de la qualification RGE et pour les contrôles exercés sur les professionnels labellisés ?

Rénovation EnergétiqueA. M. : Il est encore un peu tôt pour parler de ce qui va se décider. Il faudra attendre Juillet 2018 pour connaître le dispositif RGE renforcé. L’accent va être mis sur la qualité des travaux, dans le respect des règles de l’art.

QUALIBAT a qualifié quelques 62 000 entreprises et artisans, qui pour certaines sont qualifiées sur plusieurs domaines de travaux (120 000 qualifications octroyées si l’on compte en termes de domaines).

L’audit pourrait être plus formateur qu’actuellement, où il est davantage perçu comme une sanction plutôt qu’un moment de pédagogie. Plus celui-ci sera pédagogique, plus il apparaîtra comme un investissement plutôt que comme une surveillance et une sanction. Une formation pourrait également être prescriptible par l’auditeur, et devenir une condition de maintien du signe RGE.

« Une formation spécifique est aussi un moyen de monter en compétence. »

Il faut néanmoins apporter une précision importante sur la question de la formation. Bien entendu, la grande majorité des entreprises maîtrise leur métier (de maçon, de couvreur etc.). Ce dont il s’agit, c’est d’être le plus pointu possible sur les aspects particuliers liés à l’atteinte d’une performance énergétique importante. Parfois, les innovations dont l’impact thermique est notable sont telles qu’il est à la fois indispensable de les connaître et nécessaire de se former pour les maîtriser et se les approprier. Une formation spécifique est aussi un moyen de monter en compétence.

Vos réactions



Gratuit !

Les services Quelle Energie :

House-dpe-blue

Découvrez les solutions d'économie d'énergie adaptées à votre logement
Faire le test

Calculatrice-blue

Calculez vos aides et subventions
Calculer mes aides

Quotation-blue

Rencontrez des artisans qualifiés
Demander un devis gratuit


Avis des internautes (1090)

8,6/ 10

Afficher tous les avis

A PROPOS DE CET ARTICLE

Les lecteurs ont aussi aimé :