2018, la 4e année la plus chaude jamais vécue sur Terre

2018-annee-rechauffement-climatique1

Avec une moyenne de 14,7 degrés sur toute sa surface, la Terre a enregistré sa 4e année la plus chaude en 2018, selon le programme européen de surveillance de la planète Copernicus. Plus alarmant encore, les 4 dernières années sont les plus chaudes que l’on ait vécues depuis la fin du XIXe siècle. Comment agir, à son niveau, pour ralentir ce phénomène inquiétant ? Réponses dans cet article.

Une hausse de température proche du seuil à ne pas dépasser… à la fin du siècle !

Entre 2013 et 2018, la température moyenne à la surface de la Terre était supérieure de 1,1 degré à celle de l’époque précédant la révolution industrielle, selon les relevés des experts de Copernicus.

Mais lors de l’accord de Paris, les pays s’étaient engagés à maintenir le réchauffement climatique sous un certain seuil. En effet, l’objectif est de ne pas excéder de 1,5° la base que l’on connaissait à la veille du XXe siècle. Mais puisqu’on est déjà plus de 1° au-dessus en 2019, on craint évidemment de dépasser cette limite avant la fin du siècle !

Un contexte climatique angoissant : les risques du réchauffement de la planète

Tandis que l’on peut attendre des conséquences dès 2020 selon Jean Jouzel, climatologue, le réchauffement climatique a déjà fait parler de lui à plusieurs reprises ces dernières années. En 2016, pendant l’année la plus chaude jamais enregistrée (14,9 degrés), le phénomène El Niño a engendré des sécheresses sans précédent sur certains territoires d’Asie et d’Afrique orientale, mais aussi des pluviométries anormalement élevées en Amérique du Sud, avec des inondations à la clé.

Dans le communiqué de Copernicus, on parle d’autres « événements climatiques » propres à cette année 2018, montrant également que la situation devient plus qu’inquiétante : l’été chaud sur une majeure partie de l’Europe et la hausse des températures en Arctique constituent des signes d’alarme qui doivent pousser les autorités à prendre des décisions.

Des décisions insuffisantes pour limiter les risques du réchauffement climatique

Lors de l’accord de Paris en 2015, les 200 pays signataires avaient tablé sur une progression à deux niveaux : dans le meilleur des cas, on ne dépasserait pas de 1,5° la température de l’ère préindustrielle d’ici la fin du XXIe siècle. Dans la pire des configurations, on maintiendrait le réchauffement climatique en dessous du seuil de 2° par rapport à la fin du XIXe siècle.

rechauffement-climatique2

Or, les quatre dernières années ont été les plus chaudes jamais vécues sur Terre : la hausse de 1,1° effective, se rapproche dangereusement des seuils préalablement mis en place. D’ici quelque temps, on craint même de dépasser les 2° fixés par l’accord de Paris.

Pourtant, l’été dernier, plusieurs scientifiques alertaient déjà l’opinion publique sur les graves impacts du réchauffement climatique. Ils affirmaient que les dispositions actuellement prises par les différents pays sont insuffisantes pour éviter les effets du dérèglement climatique.

À court terme, on risque de vivre de plus en plus de catastrophes naturelles et d’événements météorologiques anormaux.

Le saviez-vous ?

Quelle Energie vous fait bénéficier de ses conseils pour que vous puissiez réaliser les travaux de rénovation énergétique dont vous avez besoin. Vous serez mis en relation avec des artisans sérieux et qualifiés près de chez vous.

Comment enrayer le réchauffement climatique à son niveau ?

Si les mesures visant à atténuer le réchauffement climatique sur la Terre concernent les grands décideurs de nos pays, il est aussi possible, à son échelle, de contribuer à son ralentissement.

Le principal responsable de l’augmentation de la température, c’est l’effet de serre, qui provient directement de la surabondance de dioxyde de carbone. Chaque humain peut diminuer ses émissions en consommant moins d’énergies fossiles.

Pour cela, il peut rénover sa maison afin de minimiser l’usage du chauffage – et de faire des économies sur la facture annuelle. Il peut aussi remplacer sa chaudière par une alternative plus verte, comme celles qui fonctionnent avec du biogaz ou des granulés de bois.

Enfin, il existe une large liste de bonnes pratiques pour protéger l’environnement au quotidien : utiliser moins de plastiques, moins chauffer sa maison et se couvrir davantage, prendre les transports en commun plutôt que la voiture, réduire le recours au papier, etc. Si chacun participe à son échelle, les effets se feront sentir sur Terre !

 

Vos réactions

12 Jan

« 2018, la 4e année la plus chaude jamais vécue sur Terre ». Cette affirmation est une fake news.

Bardinet
12 Jan

Le titre annonce en fanfare : « 2018, la 4e année la plus chaude jamais vécue sur Terre ». Puis voici ce que dit le premier paragraphe : « 2018 est la quatrième année la plus chaude enregistrée depuis le début de l’ère industrielle ». C’est incohérent.
Conclusions : le titre est un énorme mensonge et il n’est pas précisé que 2018 se situe sur un plateau de températures depuis le début des années 2000 (le « hiatus » du GIEC), ce qui explique qu’elle soit plus chaude au plus de 0,7°C par rapport aux années précédant ce plateau, depuis 1880.

jipebe29
12 Jan

Il serait bon de préciser que El Nino est un phénomène naturel récurrent, qui existe depuis belle lurette et qui n’a aucun rapport avec un supposé réchauffement.

jipebe29



Gratuit !

Les services Quelle Energie :

House-dpe-blue

Découvrez les solutions d'économie d'énergie adaptées à votre logement
Faire le test

Calculatrice-blue

Calculez vos aides et subventions
Calculer mes aides

Quotation-blue

Rencontrez des artisans qualifiés
Demander un devis gratuit


Avis des internautes (1090)

8,6/ 10

Afficher tous les avis

A PROPOS DE CET ARTICLE

Les lecteurs ont aussi aimé :