Le Syndicat des Energies Renouvelables présente le label AQPV

Article publié le 19 août 2011 par

Soyez le premier à commenter cet article »

Le Syndicat des Energies Renouvelables présente le label AQPV

jean-louis bal, président du syndicat des énergies renouvelablesLe 20 juillet 2011 a été lancé par les acteurs français de l’industrie solaire le label AQPV pour promouvoir la qualité française des modules photovoltaïques. A cette occasion, Quelle Energie a interrogé Jean-Louis Bal, le président du Syndicat des Energies Renouvelables, pour en savoir plus.

Quelle Energie : Qui sont exactement les « professionnels français de l’industrie photovoltaïque » qui ont été sollicités par les pouvoirs publics pour l’élaboration de ce label ?

Jean-Louis Bal : Les pouvoirs publics n’ont pas sollicité les professionnels, néanmoins ils ont été très satisfaits de cette démarche, à laquelle nous les avons associés en amont. L’idée d’un label de ce type est née lors d’un séminaire organisé par SOLER, la branche PV du SER (Syndicat des Energies Renouvelables), à un moment très difficile pour la filière, celui du moratoire qui a duré de décembre 2010 à mars 2011. Les entreprises pionnières qui ont travaillé avec nous pour construire le référentiel de la marque AQPV modules sont des acteurs historiques comme Photowatt et TENESOL, mais également des entreprises plus jeunes dans le secteur comme Elifrance, Solarezo, Sillia, MPO ou encore Bosch Solar Energy. Cette filiale du Groupe allemand construit actuellement une usine d’assemblage de modules à Vénissieux qui emploiera environ 200 personnes et dont les premiers produits seront sur le marché en janvier prochain. Les fabricants de modules et de cellules français totalisent aujourd’hui une capacité de production d’environ 900 MW et emploient plus de 1 300 personnes.

QE : Quel a été le rôle du Syndicat des Energies Renouvelables dans la création de ce label AQPV ?

J-L B : Depuis le début de l’année, le SER assure le secrétariat technique pour l’élaboration du référentiel. Nous avons également mené les études juridiques nécessaires pour construire et développer la marque et créer une société dédiée à la promotion de la marque. Un de nos ingénieurs s’est consacré entièrement à ce sujet pendant huit mois.

QE : Pourquoi avoir créé un label français et pas européen ? D’autant plus que l’Allemagne, par exemple, semble davantage à la pointe sur la fabrication des modules photovoltaïques.

J-L B : L’objectif de notre marque AQPV, Alliance Qualité Photovoltaïque que nous avons présentée le 20 juillet dernier en présence de Nathalie KOSCIUSKO-MORIZET et Eric BESSON, est de valoriser en parallèle la qualité des produits mis sur le marché et d’être transparents sur leur origine de fabrication. Il existe de très bons produits allemands qui pourront bénéficier de la marque, mais ils ne disposeront pas des libellés d’origine française. Il ne s’agit donc pas d’un label excluant les fabrications étrangères.

logo syndicat des énergies renouvelables

QE : Considérez-vous que c’est une bonne chose d’associer dans une même appellation la qualité du matériel et la qualité de la démarche de l’installateur (réactivité commerciale et service après-vente) ?

J-L B : Ce qui est exigé par la marque, c’est la qualité de service du fabricant, notamment en termes de service après-vente auprès des installateurs et des clients finaux. C’est donc un complément utile aux démarches de qualité liées aux installateurs comme QualiPV.

QE : A-t-on, en France, les moyens de recycler les panneaux solaires ? A-t-on une vraie chaîne de recyclage ?

J-L B : L’initiative européenne PV Cycle a pour vocation de regrouper l’ensemble des fabricants européens, y compris français. Elle est déjà opérationnelle. Néanmoins, certains acteurs français réfléchissent à des solutions locales qui devront trouver leur équilibre économique.

QE : Dans son communiqué de presse, le ministère indique que le label « a pour but de signaler aux acheteurs de panneaux photovoltaïques les panneaux fabriqués en France » tandis que le SER précise que « l’objectif de la marque « AQPV-modules » (…) est de promouvoir la mise sur le marché français de modules photovoltaïques présentant des critères de qualité renforcés par rapport à la réglementation en vigueur et ceux dont l’assemblage a été réalisé en France et/ou dont les cellules sont fabriquées en France. » La distinction entre fabrication et assemblage nous semble importante. La fabrication des cellules en France est-elle donc facultative ?

J-L B : Il existe deux libellés d’origine qu’un fabricant peut solliciter pour ses produits. Le premier caractérise la localisation des étapes d’assemblage des modules, c’est-à-dire l’encapsulation de l’élément semi-conducteur. Le second concerne la localisation de la fabrication de l’élément semi-conducteur, c’est-à-dire, dans le cas de la filière silicium cristallin, la cellule photovoltaïque. Pour résumer, la marque AQPV-module a pour objectif de promouvoir la qualité du produit et du service après-vente et d’afficher clairement l’origine de fabrication des cellules et le lieu d’assemblage en modules.

Classé dans : Energie solaire, Interviews, Labels qualité | Mots-clé : , , , , ,


Laissez votre commentaire

Tous les champs marqués d'un * sont obligatoires

Etude énergétique

Faites des économies :
étude énergétique
en quelques minutes !

Date de construction de votre maison :

Devenez Fan sur Facebook !

Sites partenaires