Poêle à bois et conduit d’évacuation des fumées

Article publié le 28 octobre 2011 par

Lire les 63 Commentaires »

Poêle à bois et conduit d’évacuation des fumées

Poêle à boisL’installation (ou la mise en norme) d’un conduit d’évacuation de fumées pour un poêle à bois constitue la partie la plus importante mais également la plus délicate à réaliser dans l’intégration du poêle à votre habitation. C’est pourquoi, il nous a semblé nécessaire de faire un point là-dessus.

Un conduit, mais pourquoi donc ?!

Un conduit d’évacuation est toujours nécessaire pour faire fonctionner un poêle, qu’il soit à granulés de bois ou à bûches. Il permettra d’évacuer les fumées dues à la combustion du bois, une fonction vitale pour ne pas enfumer votre habitation et surtout vous-même ! Pour ce faire, ce conduit d’évacuation devra assurer le tirage nécessaire pour le bon fonctionnement de votre poêle tout en résistant à l’action chimique et à la température provoquées par la combustion du bois. En général, votre poêle est relié au conduit d’évacuation par un conduit de raccordement. Ce conduit sera la seule partie visible dans votre habitation, c’est pourquoi certains fabricants en font des modèles décoratifs (peints ou émaillés), pouvant s’intégrer facilement à votre belle maison économe en énergies ! En ce qui concerne le conduit d’évacuation des fumées, il ne sera jamais visible, mais devra impérativement répondre à des normes de sécurité bien spécifiques.

Les normes et lois à respecter

Sachez avant tout qu’en termes de respect des normes et des lois, rien ne vaudra le travail et les conseils d’un bon professionnel qualifié. De par la complexité de mise en œuvre d’un conduit d’évacuation (qui dépend essentiellement de la configuration de votre maison mais également des caractéristiques de votre poêle), nous ne nous étendrons pas sur des informations trop spécifiques. Cependant, avant de vous engager dans des travaux délicats, assurez-vous bien que le poêle à bois est fait pour votre habitation avec le Diagnostic Energétique Complet (et gratuit !) que vous propose Quelle Energie.

Entre normes et lois, il n’y a qu’un pas ! Cependant ces notions sont bien différentes, les normes n’existent qu’à titre indicatif, les professionnels ne sont pas toujours obligés de les suivre à la lettre mais pour que les caractéristiques de votre conduit d’évacuation respectent les lois en vigueur (qui elles sont obligatoires), mieux vaut les suivre.
Ainsi, que vous disposiez déjà d’un conduit d’évacuation ou non, voici les documents auxquels vous devrez vous référer :

LA norme de référence : le DTU 24.1. Concrètement, c’est un document technique portant sur les travaux de fumisterie édité par le CSTB (Centre Scientifique et Technique du Bâtiment). Cette norme est celle que le professionnel doit impérativement respecter si vous ne voulez pas avoir de problèmes avec votre conduit d’évacuation. Il évoque notamment les contraintes liées aux nombres de coudes et de dévoiements (partie du conduit qui n’est pas dans l’axe du poêle). Il faut bien comprendre que ces normes restent indicatives et générales, elles peuvent varier en fonction des caractéristiques de votre poêle. Les spécificités seront alors indiquées dans la fiche technique de votre appareil fournie par le fabricant. Petite info non négligeable : seules les maisons intégrant un chauffage électrique et dont la construction a débuté après le 31 décembre 2005 respectent le DTU 24.1 mais par précaution, veillez à le vérifier auprès d’un professionnel qualifié avant de relier ce conduit à votre nouveau poêle.

En ce qui concerne les textes de lois, ils peuvent être classés en deux catégories : les textes nationaux et les textes départementaux.

  • Quatre arrêtés constituent les textes nationaux, les arrêtés datant du 22 octobre 1969, du 20 juin 1975, du 20 juin 1990 et du celui du 25 juillet 1997.
  • Pour les textes départementaux il faudra se référer au Règlement Sanitaire Départemental (RSD). Ce document fixe les prescriptions minimales d’hygiène, de salubrité et d’entretien des ouvrages (notamment d’ouvrages de conduit d’évacuation) dans chaque département. Il tend à disparaître, c’est pourquoi très peu de professionnels s’en soucient. Toutefois nous vous conseillons de toujours y jeter un coup d’œil, ce serait dommage que votre conduit soit déclaré non-conforme à cause de cette petite négligence !

Pour les textes de lois, les notions principales qu’il faudra bien veiller à respecter sont toutes les règles de précaution relatives aux départs de feu, et les travaux d’entretien de votre conduit. En effet, trop d’utilisateurs de poêle à bûche oublient qu’il est OBLIGATOIRE de faire ramoner son conduit au moins deux fois par an. Pour les poêles à granulés de bois, l’entretien est plus occasionnel mais également plus complexe, ceci étant dû à la différence entre les conduits d’évacuation de poêle à granulés de bois et ceux de poêle à bûches.

Les différences entre poêle à bûches et poêle à granulés de bois

Oui il y a bien une différence entre les conduits pour poêles à bûches et poêles à granulés de bois. Mais pourquoi donc me direz-vous ?
Tout d’abord à cause de la température des fumées lors de la combustion du bois. Pour un poêle à bûches cette température pourra varier entre 300°C et 450°C alors que pour un poêle à granulés, elle ne dépassera pas les 210°C. C’est pourquoi la disposition et la taille du conduit seront différentes.

  • L’évacuation des fumées pour un poêle à bûches se fait par dépression naturelle pour permettre un bon tirage (les fumées seront évacuées par la toiture de l’habitation), l’air nécessaire à la combustion du bois sera directement prélevé de la pièce dans lequel se trouve le poêle, ainsi aucune gaine ne sera nécessaire pour ce captage.
  • Pour un poêle à granulés, c’est la pression créée par l’action d’un moteur qui permettra l’évacuation des fumées. Pour que le poêle à granulés fonctionne correctement, l’air nécessaire à la combustion sera prélevé à l’extérieur de l’habitation. Le conduit d’évacuation des fumées (tout comme la gaine nécessaire à l’infiltration de l’air extérieur) passera par le mur derrière le poêle et sera légèrement surélevé par rapport à celui-ci pour éviter que les fumées ne s’évacuent dans l’habitation si le moteur ne fonctionne plus. Ce système est plus couramment appelé étanche ou ventouse et c’est en général la solution la plus adaptée pour un poêle à granulés de bois.

Le conduit du poêle à bûches sera également plus large (de l’ordre 125mm de diamètre) qu’un conduit pour poêle à granulés de bois (environ 80 mm).

Ensuite vient la composition des fumées. Concrètement la fumée issue de la combustion de granulés sera moins polluante car plus complète (de l’ordre de 80% à 90%) comparée à la combustion de bûches. Cela aura alors une incidence sur le matériau utilisé pour faire le conduit, on prendra un matériau plus résistant au souffre par exemple pour le conduit d’un poêle à bûches (inox 316 au lieu d’inox 304).

Enfin l’entretien du conduit sera également différent selon le combustible :

  • Pour un poêle à bûches, des dépôts se forment naturellement et régulièrement dans le conduit. C’est pourquoi la loi impose au moins deux ramonages par an.
  • Pour un poêle à granulés de bois, ces dépôts seront beaucoup moins fréquents. Il n’y a donc pas d’obligations spécifiques par rapport à l’entretien du conduit d’évacuation pour ce type de poêle, d’autant plus que, de par la taille du conduit, son entretien sera plus complexe (par l’intermédiaire de capteurs). Notez toutefois que si vous voulez que votre poêle à granulés fonctionne de manière optimale et vous chauffe efficacement, occupez-vous en bien !

Mon conduit d’évacuation peut-il me servir à diffuser de la chaleur dans ma maison?

Cette question reste une préoccupation majeure pour un utilisateur de poêle à bois. Techniquement cela pourrait être possible. Cependant, il n’existe à ce jour aucune étude officielle ni fabrication particulière pouvant confirmer cette fonction. C’est pourquoi nous vous conseillons de ne pas trop vous attarder sur ce sujet pour l’instant ; si votre conduit arrive à assurer sa principale mission correctement (chauffage d’appoint) et sans aucun problème, ce sera déjà très bien !

Les conseils Quelle Energie pour votre conduit d’évacuation

Tout d’abord, si vous disposez déjà d’un conduit d’évacuation et que vous comptez bientôt mettre un poêle à bois dans votre maison, assurez-vous qu’il soit bien aux normes en faisant appel à un professionnel qualifié. Il n’est pas rare aujourd’hui de voir des conduits existants complètement inadaptés. Si vous ne prenez pas de précautions, cela pourrait être très dangereux pour vous et votre habitation.

Pour la bonne évacuation des fumées, il est également préférable d’éviter coudes, dévoiements et réductions de diamètre de votre conduit. Si vous ne pouvez faire autrement, tachez de bien vérifier que ces caractéristiques respectent les normes techniques (voir DTU 24.1).
Par exemple, deux coudes à 90° sera la norme limite, elle pourra être plus restrictive en fonction du poêle que vous utilisez (précisé dans la fiche technique de votre poêle).
Pour la réduction (ou agrandissement) du diamètre de votre conduit, un écart de 10mm (supérieur ou inférieur) pourra être toléré.

Enfin, si vous ne voulez pas encrasser inutilement le conduit de votre poêle à bûches, et provoquer en l’occurrence la création de bistres (dépôts de suie qui s’accumulent dans le poêle), n’utilisez que du bois sec. C’est pourquoi nous vous conseillons fortement de l’acheter plutôt que de vous servir dans la forêt des environs ; le bois reste l’une des énergies les moins chères et les moins polluantes au monde, alors ne jouez pas avec le feu en prenant du bois qui ne serait pas adapté à votre poêle !

Classé dans : Aspects Juridiques, Economies d'énergie, Technologies | Mots-clé : , , ,


63 Commentaires pour cet article :
1.  Le 20/11/2011 à 16h01, lestang a dit :

Vous confondez cm et mm,125cm=1.25m !

2.  Le 20/11/2011 à 16h45, panigot patrick a dit :

nous serions intéressés par une chaudière a granule bois ,toute l’installation chauffage centrale et a faire.nous souhaiterions avoir un devis pour l’installation d’une chaudière seule et un devis pour un chauffage centrale tout compris ( chaudière plus radiateurs).

3.  Le 20/11/2011 à 17h58, ducerf a dit :

Un conduit de 125 cm ou de 80 cm, ça va faire un sacré trou dans la toitrure.

4.  Le 20/11/2011 à 22h50, GABRIEL a dit :

Bonjour,
hou la la ouille quel coup de bûche sur la tête ! On se demande vraiment si vous voulez dissuader ou inciter les gens à se chauffer au bois. Vous le dites plein de fois, c’est bon on a compris : il faut s’adresser à un pro pour installer son appareil de chauffage.
Sinon que veut dire ramoner deux fois par an les conduits ? Juste avant l’hiver ( tant qu’à faire et une fois juste après ? Sachant que l’été, à moins de vivre dans les Vosges, l’appareil ne va pas servir? A ce propos pourriez vous indiquer quel est le texte de « LOI » qui rende le ramonage obligatoire deux fois par an ? Mais ce qui motive avant tout mon intervention c’est au niveau de la conclusion : ne pas brûler n’importe quel bois = celui di marchand est bon, pas celui de la forêt ? Euh…. puisqu’on évoque le problème de l’encrassement des conduits, vous pourriez peut être juste préciser en grosses lettres que le bois doit être SEC ! Justement la plupart du temps le bois du marchand n’est PAS sec !
Sinon n’importe quel bois est bon à brûler si on se réfère à la phrase précédente (je note néanmoins que vous n’avez pas mis la bêtise habituelle selon laquelle les résineux encrassent les conduits !).
cordialement
RG (se chauffe au bois depuis 30 ans)

5.  Le 20/11/2011 à 22h54, Eliès hervé a dit :

Bonjour, je pensais trouver LA solution à mon problème de bistre dans le conduit inox de mon poêle à buche acheté il y a 4 ans dont l’ installation a été faite par un pro de longue date avec conduit de gaine inox dans la cheminée. Le bois acheté est sec et garanti sec par le fournisseur il est livré fendu, je l’ achète et le stock 1an 1/2 avant de l’ utiliser. J’ ai dû changer ma gaine inox après 2 ans de fonctionnement avec 1 ramonage chaque année, elle était totalement obstruée par le bistre. Au dernier ramonage d’ Avril 2011 l’ anotation suivante est faite sur la facure : « dépôt important de bistre dans la gaine »… donc ça recommence. J’ en arrive à me demander si cela ne vient pas de la conception du poêle ? Réf : marque Hearthstone modèle Ergon
Merci de me donner votre avis

6.  Le 21/11/2011 à 22h41, jean-jacques a dit :

Ouais Cynthia, faut vous relire, ou faire relire par quelqu’un du métier, parce que 125 cm de diamètre pour un conduit de cheminé, c’est le père noël qui va être content !

7.  Le 23/11/2011 à 10h51, Cynthia Hilsz a dit :

Bonjour M.Panigot,
Un de nos conseillers a tenté de vous contacter fin octobre pour vous permettre d’obtenir les devis que vous nous demandez. Il va donc vous contacter à nouveau.

8.  Le 23/11/2011 à 10h59, Cynthia Hilsz a dit :

En ce qui concerne les dimensions d’un conduit, vous avez effectivement raison je me suis trompée d’unité, mon manque d’attention m’a joué des tours! L’erreur a été corrigée, je vous remercie de me l’avoir signalée.

9.  Le 23/11/2011 à 11h17, Cynthia Hilsz a dit :

Bonjour Gabriel,
En effet le fait de préciser que l’utilisation de bois sec est indispensable pour le bon fonctionnement du poêle est important. Cependant cela ne pourra parfois pas empêcher l’encrassement du conduit car ce phénomène est plus complexe (peut dépendre des coudes ou de l’étanchéité du conduit). C’est pourquoi nous préférons indiquer et même sur-indiquer aux particuliers qu’il est vivement conseiller de voir un professionnel pour installer correctement un poêle à bois et son conduit. Pour le ramonage obligatoire 2 fois par an, ceci est bien indiqué dans les Règlements Sanitaires Départementaux (RSD). Ces documents ne sont malheureusement que très peu consulté et respecté lors de la réalisation d’un conduit, c’est pourquoi le ramonage fréquent et surtout obligatoire d’un conduit pour poêle à bûches passe aujourd’hui inaperçu.

10.  Le 23/11/2011 à 11h44, Cynthia Hilsz a dit :

Bonjour Hervé,
Votre poêle ne semble pas assez vieux pour avoir des problèmes de fonctionnement. Votre problème vient donc soit du conduit, soit de l’utilisation de votre poêle.
Sachez qu’un poêle à bûches doit en général fonctionner à plein régime pour ne pas encrasser inutilement le conduit, il faudra donc que vous évitiez de réduire l’arrivée d’air pour consommer moins de bois ou d’entretenir un feu presque éteint. Cela peut venir également de l’isolation de votre conduit, si les fumées se refroidissent trop vite avant d’être évacuer cela peut créer beaucoup de bistre. Enfin si vous pensez que le problème vient réellement de votre poêle, et que vous seriez tenté de le changer, tournez vous vers des modèles post-combustion (aussi appelés turbo, double combustion ou canadien). Ce type de poêle récupère de l’énergie et réduit l’émission de polluants en permettant la combustion des particules et des gaz par des entrées d’air supplémentaires. Cette technologie permet également de réduire l’encrassement au niveau du conduit.

11.  Le 15/01/2012 à 17h58, Delatre a dit :

Il n’existe pas de panacée… Les avis et les expériences divergent!
15 12 2010: mal conseillée, dans 1 gîte de 140 m2 ( a b isolé, avec toiture tb isolé, murs 90 cm, 2 ouvertures s/ 6 dble vitr, 2 façades mitoy, rdc 60 m2 murs isolés + véranda dbl vitr) j’ai fait installer un poële à bois Invicta La Borne 12 kw (diam tuyau 150 cm) par professionnel, Tubage du conduit à 130 cm (1 300€) expérienc calamiteuse, chauffage nul (conso 7 stères bois profession) poele inadéquat, repris par fournisseur.
06 12 11: 2ème logement, de 65 m2, mal isolé (sauf 1° étage + toit) instal. poële à granulés à ventouse (total 3 200 €) Palazzeti, Hélena. Horreur, autonomie de 11 à 13 h et conso de 1 1/2 sac granulés en 24 h avec réglage température à 10/ 15 ° et (pour 1 à 2 h/jour: 18 °) par économie! 2 sacs à 18° jour. Ce qui fait 1 tonne/ mois à + de 300 €
Le poële a été vendu dans une opération « économie d’énergie » (prime de l’Etat et crédit d’impôts) pour une conso d’un sac en 24 h. Son rendement est de 93 %. Est-ce normal?

12.  Le 16/01/2012 à 09h10, ponthieux a dit :

bonjour ,
merci pour toutes ces infos
je dispose d’une cuisiniére godin qui fonctionne au bois et qui me sert a cuisiner et a chauffer une grande partie de la maison
est il obligatoire de tuber la cheminée en inox sachant que celle ci a été refaite en briques
il y a 8 ans
je dispose également dans le salon d’un insert qui est raccordé a une ancienne cheminée
faut ‘il le tuber obligatoirement
merci de votre diligence
cordialement

13.  Le 19/01/2012 à 11h14, Cynthia Hilsz a dit :

Bonjour,
Par précaution, je vous conseille fortement de tuber votre ancienne cheminée avant de la raccorder à votre insert, surtout si elle n’a jamais été utilisée.
Aujourd’hui beaucoup de maison sont construites avec des conduit de cheminée près à l’emploi, « au cas ou » les propriétaire voudraient y installer un système de chauffage au bois (poêle, foyer fermé, insert, cheminée…). et dans la plupart des cas, ces conduits sont inadaptés (paroles de nos partenaires-installateurs).
Vous pouvez toutefois vous dispenser de cette vérification, mais sachez que si vous constatez, une fois votre insert installé, que votre installation (insert + cheminée) ne fonctionne pas correctement, cela vous coûtera beaucoup plus cher de refaire toute l’installation plutôt que d’avoir réalisé le tubage dès le début, sans parler des risques sanitaires que vous encourez si votre conduit de cheminée n’est pas exploitable (retour des fumées dans votre maison notamment)…

14.  Le 19/01/2012 à 12h18, Cynthia Hilsz a dit :

Bonjour,
Alors en ce qui concerne les poêle à bois (que ce soit à bûches ou à granulés), si l’installation fonctionne correctement, ce système de chauffage est l’un des plus économiques qu’il soit. Cependant, et cela se voit avec la multitude de forums qu’il existe à ce sujet, les systèmes de chauffage au bois peuvent parfois poser beaucoup de problèmes, sans qu’un professionnel qualifié puisse en trouver la cause.
Sachez toutefois que votre situation est rare (deux installations « ratées » pour un même foyer, cela n’arrive pas tous les jours), et c’est d’ailleurs pour cela que l’Etat accorde des aides pour l’installation de systèmes de chauffage au bois… En période de crise, l’Etat ne risquerai pas d’investir dans des projets qui n’en valent pas le coût !

15.  Le 03/02/2012 à 17h02, europavelo a dit :

bonjour, souhaitant acheter un poêle a bois mais pas forcement chez le marchand du coin facturant le prix fort… j’ai quand même un souci, je n’ai pas de conduit de fumée pour mon poêle a bois et de partout, on me conseille (a juste titre certainement car je suis pas un « super » bricoleur) de faire appel a un pro… Mais qui sont ces pro du conduit de fumée?
à quel professionnel faut il faire appel? merci d’avance

16.  Le 09/02/2012 à 11h38, Cynthia Hilsz a dit :

Bonjour,
Tout d’abord si vous souhaitez davantage vous renseigner sur les conduits de fumées, les installateurs de systèmes de chauffage au bois seront en premier lieu les plus à même pour répondre à vos questions ( c’est d’ailleurs ce que nous faisons lorsque nous rédigeons des articles techniques comme celui-ci). Après nous ne connaissons pas particulièrement de « pro » de conduit de fumée, mais vous n’aurez pas de mal à en trouver en surfant un peu sur la toile… Le plus connu en France reste cependant la société Cheminées Poujoulat, n’hésitez pas à les contacter…

17.  Le 19/04/2012 à 17h55, chevrier a dit :

Bonjour,

J’ai acheté un poele a bois avec une sortie de 200 mm, mon tubage au plafond étant de 180 mm, puis-je acheter un réducteur de 200 mm à 180 mm? Selon les normes?
Merci de me donner votre avis.

18.  Le 20/04/2012 à 09h18, Cynthia Hilsz a dit :

Bonjour,

Je pense qu’il est faisable de réaliser cette réduction de conduit mais, comme je l’ai précisé dans l’article, en général on limite la réduction ou l’agrandissement d’un conduit à 10mm car au delà il y a de forts risques de création de bistre, ce qui pourrait donc engendrer un mauvais fonctionnement de votre poêle.
Si vous le pouvez, n’hésitez pas à vous renseigner auprès de professionnels dans ce domaine, je pense notamment à l’entreprise Poujoulat qui s’est spécialisé dans les conduits d’évacuation de fumées. Et puis n’oubliez pas qu’il est préférable d’avoir plusieurs avis sur la question, vous pourrait alors juger par vous même de la solution adéquate pour votre installation.

19.  Le 11/08/2012 à 10h42, Tomas a dit :

Combien t de temp faut -il pour monter un conduit de cheminee merci

20.  Le 11/08/2012 à 10h45, Tomas a dit :

Je demande car je doit en faire un mais je n’est pas pris de professionnelle c’est mon copain et sont père qui vont le faire jesouhaiterais savoir le temp du montage merci de merepondre

21.  Le 13/08/2012 à 16h33, Cynthia Hilsz a dit :

@Tomas :
Nous ne possédons aucune information concernant le temps de réalisation de conduits de cheminée, d’autant plus que dans les réglementations aucune mention n’est faite à ce sujet. Je vous propose de vous orienter davantage vers des spécialistes de ce domaine comme le constructeur Poujoulat par exemple… Ces personnes seront plus à même à répondre à votre interrogation. Pour ma part je pense que la durée de pose d’un conduit peut fortement varier d’une habitation à une autre, et surtout d’un professionnel à un autre. Le mieux reste encore de demander conseil à plusieurs installateurs pour que vous puissiez vous faire votre propre avis sur la question.

22.  Le 20/09/2012 à 15h38, Lategan a dit :

Bonjour,
Je voudrais installer un poêle Invicta Luna dans une maison récemment achetée. Il y existe une conduite en inox (en bon état) de 200mm tandis que le poêle nécessite 180mm. Les réductions Poujoulats ne conviennent pas car il faut deux parties larges afin de pouvoir entrer dans la conduite existante…
Avez-vous une solution ?
Merci d’avance.
Peter Lategan

23.  Le 21/09/2012 à 09h37, Alexandre Docteur a dit :

@ Lategan : Tout d’abord je tenais à vous remercier car votre démarche d’installer un poêle s’inscrit dans une logique d’économie d’énergie et chez Quelle Energie nous soutenons activement ces actes citoyens. Concernant votre question, je me suis renseigné et je n’ai malheureusement trouvé que des réductions Poujoulat avec une partie large et non pas les deux parties comme vous recherchez.

Comme ce poêle n’étant pas encore installé, je vous conseille d’effectuer une simulation sur notre site internet. Après cette simulation, vous pourrez être mis en relation avec l’un de nos partenaires installateurs qualifiés proches de chez vous qui pourra vous renseigner et vous conseiller. Le poêle à bois bénéficie d’un crédit d’impôt que s’il est installé par un professionnel et ce serait dommage de se passer de cette déduction fiscale qui s’étend de 15 à 23%.

Chez Quelle Energie nous fournissons un service entièrement gratuit aux internautes afin qu’ensemble nous puissions faire des économies d’énergies et ainsi sauver notre planète.

24.  Le 09/10/2012 à 09h34, sirlonge a dit :

J’aimerais installer une cuisinière à bois dans ma cuisine, mais ne possédant pas de conduit en boisseau, dois-je obligatoirement en construire un avant de tuber pour des raisons de sécurité ? Ce conduit devant traverser une chambre.

25.  Le 12/10/2012 à 17h52, jmc31 a dit :

Bonjour,
Je viens d’acheter une maison qui possédait un poêle à bois (cela fait partie des points qui ont fait que nous avons choisi cette maison).
Vers la fin août, je décide de faire venir un professionnel pour effectuer le ramonage avant que l’hiver n’arrive.
Cette personne a refusé de faire le ramonage car l’installation n’était pas aux normes.
Je décide tout de même de faire appel à un autre professionnel pour être sûr de ne pas me faire arnaquer par le premier venu ! et là même chose : tuyau posé à l’envers, ramonage inexistant depuis plus de 2 ans selon le pro …
Total : facture de 830 € TTC

Ma question est la suivante :
Est-ce que je peux me retourner vers l’ancien propriétaire ou l’agence immobilière qui nous a vendu ce bien ?

Cordialement

Jmc

26.  Le 15/10/2012 à 10h05, Alexandre Docteur a dit :

@ jmc31 : Je comprend votre inquiétude et cette dépense de 830€ n’est pas à prendre à la légère. Cependant l’aspect financier n’est pas le plus important, votre installation n’étant pas aux normes et non ramonée vous avez un grand risque de feu de cheminé qui pourrait causer d’énormes dégâts dans votre logement. Les professionnels de l’immobilier comme votre agence immobilière ont un devoir de conseil envers leurs clients. Dans votre cas, vous n’avez pas été conseillé et ce défaut qu’il soit connu ou pas par les anciens propriétaires constitue un vice caché.

Le vice caché dans le code civil article 1641 est défini comme tel : « Le vendeur est tenu de la garantie à raison des défauts cachés de la chose vendue qui la rendent impropre à l’usage auquel on la destine, ou qui diminuent tellement cet usage que l’acheteur ne l’aurait pas acquise, ou n’en aurait donné qu’un moindre prix, s’il les avait connus. »

Nous sommes donc bien dans le cas d’un vice caché concernant votre acquisition. Plusieurs choses sont à voir maintenant comme : Votre acte de vente comporte-t-il une clause d’exonération de responsabilité de vice caché pour le vendeur ? L’acquisition de votre bien est-elle récente ? Avez-vous fait rédiger un papier de refus d’intervention par votre ramoneur ?

Nous vous conseillons pour l’instant d’essayer de régler ce litige à l’amiable avec votre agence immobilière avec en votre possession les documents permettant de prouver votre bonne volonté (article de loi, papier de refus d’intervention, papier de non conformité, etc…). Ensuite, si cette solution n’aboutit pas, nous vous conseillons de prendre contact avec un avocat qui pourra vous aider et en dernier recours intenter une action en justice.

27.  Le 15/10/2012 à 19h24, brunel josette a dit :

Nous avons installé un poêle à bois avec les conseils des établissements Sibille. Nous avons monté la cheminée dans les normes et, malheureusement, on l’éclaire depuis samedi soir et cela fume dans la maison. Qu’est-ce qu’il faut faire ?

28.  Le 16/10/2012 à 11h33, Alexandre Docteur a dit :

@sirlonge : Si vous ne possédez pas de conduit en boisseau pour l’installation de votre future cuisinière à bois, vous pouvez toujours installer un nouveau conduit d’évacuation des produits de combustion sans construire un nouveau conduit à boisseau. Les conduits à double peau permettent d’éviter la construction d’un conduit à boisseau.
Cependant, cette nouvelle installation ne devra pas transiter dans d’autres locaux différents de celui où se trouve l’appareil. C’est-à-dire que, dans votre cas, le nouveau conduit ne pourra pas traverser la chambre de votre logement, à moins que le nouveau conduit se trouve dans un coffrage en matériaux inflammable, accessible et ventilé. La norme à respecter dans votre cas pour le conduit d’évacuation des fumées est la Norme NF DTU 24.1.

29.  Le 16/10/2012 à 22h45, Jeanlin a dit :

Je ne trouve pas de norme DTU définissant les conditions de réalisation d’un conduit d’évacuation de fumée sur un poêle à granulé ? Le conduit dit raccordé en ventouse est-il adapté à tous types de poêles ou y a-t-il des restrictions ?

30.  Le 16/10/2012 à 22h07, LANDET JEAN-PAUL a dit :

Bonjour,

Quand on possède une maison à étage, le conduit de cheminée peut-il traverser une pièce à vivre telle qu’une chambre?

Cordialement.
LDT

31.  Le 17/10/2012 à 11h15, Alexandre Docteur a dit :

@brunel josette : Tout d’abord, il faut savoir qu’une cheminé lors des premières chauffes peut fumer légèrement. C’est dû au séchage de la peinture. Maintenant, dans votre cas, il se peut qu’il y ait un problème de tirage. C’est-à-dire que votre conduit de fumée n’a pas assez de « puissance de tirage » pour extraire les fumées par le conduit d’évacuation.
Votre cheminé est-elle à foyer fermé (avec un vitrage) ou à foyer ouvert ?

32.  Le 17/10/2012 à 12h41, Alexandre Docteur a dit :

@LANDET JEAN-PAUL : La Norme NF DTU 24.1 est formelle à ce sujet. Le conduit de fumée ne devra pas transiter dans d’autres locaux différents de celui où se trouve l’appareil. C’est-à-dire que dans votre cas, le nouveau conduit ne pourra pas traverser la chambre de votre logement, à moins que le nouveau conduit se trouve dans un coffrage en matériaux inflammable, accessible et ventilé.

33.  Le 17/10/2012 à 13h25, Alexandre Docteur a dit :

@Jeanlin : C’est la norme DTU 24.1 qui définit les conditions de réalisations des conduits d’évacuation des fumées sur les poêles à granulés.
Concernant les conduits raccordés en ventouse, ils ne peuvent être installés que sur des poêles à granulés étanches. Malheureusement, sur le marché, il n’y a pas encore une grande variété de poêles étanches mais cette technologie est en pleine évolution. Donc, dans votre cas, si vous désirez un poêle à granulés raccordé en ventouse, il faudra absolument que ce poêle soit 100% étanche.

34.  Le 17/10/2012 à 19h08, LAUNAY a dit :

Bonjour,
Je viens d’acheter une maison qui possède un poêle à bois avec signature le 1er décembre chez le notaire. Est-ce que je peux exiger une copie du ramonage avant la signature ?
Je dois refaire la toiture et l’isolation. L’entreprise propose de refaire le conduit depuis le rez-de-chaussée pour la somme de 2 000€ ttc… Est-ce que je peux prévoir des grilles sur le conduit pour chauffer l’étage et le comble ? Ou garder le conduit existant et mettre un raccord isolé dans la traversée du plancher de l’étage et du comble ? Merci pour votre réponse.

35.  Le 23/10/2012 à 13h41, Alexandre Docteur a dit :

@LAUNAY : Vous pouvez exiger une copie de l’acte de ramonage pour voir si un ramonage régulier a été effectué. Cette copie est même fortement recommandée.
Concernant les grilles de ventilation, je vous les conseille fortement afin d’avoir un coffrage ventilé qui réchauffera l’air contenu de l’étage et des combles.

36.  Le 13/12/2012 à 18h37, Adeline a dit :

Bonjour,
Je suis simplement locataire d’une maison de campagne. Avant mon arrivée, mon propriétaire a fait un conduit afin que nous puissions installer un poêle à bois. Donc, le conduit est neuf, mais non gaîné.
Tous les artisans venus refusent de nous poser le poêle, car le conduit n’est pas gaîné. Le propriétaire refuse de faire ces nouveaux travaux : il affirme que le conduit est aux normes et que leur assurance le garantit.
Nous ne voulons pas prendre le risque de le poser nous-mêmes, car nous avons de jeunes enfants et avons peur d’un incendie.
Ce poêle à bois nous est vital car nous n’avons plus les moyens de nous chauffer au fuel.
Que faire alors ?
Quelles sont les normes ?
Quels sont les risques ?
Merci d’avance pour vos réponses.

37.  Le 17/12/2012 à 10h16, Mathilde Chevallier a dit :

@Adeline : La norme à respecter pour le conduit d’évacuation des fumées est la Norme NF DTU 24.1. Il s’agit d’un document technique portant sur les travaux de fumisterie édité par le CSTB (Centre Scientifique et Technique du Bâtiment). Cette norme est celle que le professionnel doit impérativement respecter si vous ne voulez pas avoir de problèmes avec votre conduit d’évacuation. Sont notamment évoquées les contraintes liées aux nombres de coudes et de dévoiements (partie du conduit qui n’est pas dans l’axe du poêle). Il faut bien comprendre que ces normes restent indicatives et générales, elles peuvent varier en fonction des caractéristiques de votre poêle. Les spécificités seront alors indiquées dans la fiche technique de votre appareil fournie par le fabricant.

38.  Le 08/03/2013 à 17h47, Ulotte62 a dit :

Bonjour,
Je viens d’acquérir une fermette disposant d’une cheminée.
Le conduit est réalisé en briques rouges, le tout est en très bon état.
Lorsque j’ai voulu installer un poêle à bois « godin », l’installateur s’est déplacé chez moi afin de réaliser un devis.
Après avoir vérifié l’état de la cheminée, il me conseille de ne pas tuber la cheminée car elle se trouve en très bon état.
Est-ce obligatoire vis-à-vis des assurances ?
Que me conseillez-vous ?
Merci pour vos réponses.

39.  Le 11/03/2013 à 18h19, Mathilde Chevallier a dit :

@Ulotte62 : Tout d’abord, vous pouvez vous renseigner directement auprès de votre assurance pour savoir leur politique en matière de protection incendie.

Chez Quelle Energie, par principe de sécurité, nous vous conseillons de tuber votre cheminée pour n’avoir aucune mauvaise surprise. Les ramonages sont également facilités avec un conduit tubé.

40.  Le 22/05/2013 à 08h40, achalin a dit :

Bonjour,
J’ai fait installer par un professionnel un poêle à bois il y a 2 ans.
Cet hiver, mon voisin s’est plaint des dégagements de fumées qui l’incommodent.
Nous en avons parlé et j’ai changé d’essence de bois pour essayer d’atténuer les dégagements de fumée.
Il menace aujourd’hui d’intenter une action en justice, car, manifestement, il craint pour sa santé en raison de la pollution générée par cette fumée.
Le conduit de cheminée est aux normes (plus de 8 mètres de son habitation et le conduit dépasse de plus de 40 cm le faîtage de mon habitation). Le ramonage est effectué dans les règles de l’art par un professionnel.
Certes, ma maison est plus basse que la sienne et malgré le respect de la réglementation sur les distances, le haut de ma cheminée est plus basse que le faîtage de sa maison.

Peut-il exiger quoi que ce soit pour m’empêcher d’utiliser mon poêle ?
La justice peut-elle m’imposer de prendre des dispositions quant à mon installation ? (Rehaussement du conduit, même s’il répond déjà aux normes, installation d’un filtre si tant est que ça existe…)

Merci par avance

41.  Le 22/05/2013 à 09h22, Mathilde Chevallier a dit :

@Achalin : Cette question relève plus de l’ordre du juridique que des économies d’énergie. Aussi, je n’ai pas de réponse à votre question. Je vous invite à vous renseigner auprès d’une personne compétente en droit.

42.  Le 20/06/2013 à 16h02, Petercles a dit :

Bonjour. La photo qui illustre votre sujet (en introduction) montre un poêle à bois avec une sortie en ventouse, sauf erreur. Ou alors, quel trajet suit le tuyau derrière ?
2) La sortie en ventouse est-elle interdite par la loi ou par la norme pour un poêle à bois ?

43.  Le 24/06/2013 à 11h08, Mathilde Chevallier a dit :

@Petercles : La photographie utilisée en illustration montre un poêle à bûches. Les poêles à bûches étanches sont des systèmes rares car l’étanchéité totale est contraignante pour les fabricants de poêles à bois. La sortie de fumée sur l’illustration n’est donc pas à ventouse mais classique. Il doit probablement y avoir une grille d’amenée d’air neuf derrière le poêle mais qui est masquée sur la photographie. Une sortie ventouse est destinée uniquement aux appareils de combustion totalement étanches.

44.  Le 27/07/2013 à 12h37, brickrennes a dit :

Bonjour,

Un renseignement : une déclaration préalable de travaux est-elle nécessaire pour la pose d’un conduit d’évacuation des fumées extérieures sur pignon ?

En vous remerciant.

45.  Le 29/07/2013 à 08h56, Mathilde Chevallier a dit :

@Brickrennes: Vous trouverez toutes les informations relatives aux conduits d’évacuation des fumées dans la norme DTU 24-1 http://www.qualiteconstruction.com/fileadmin/medias/pathologies/pdf/DTU_24-1.pdf.

46.  Le 09/09/2013 à 04h43, isabelle a dit :

Bonjour,
Nous venons d’acheter un poêle à bois de marque Invicta qui nous a été posé par un professionnel. Nous avions fait auparavant 12 devis.
Mon poêle a bois a été posé et le conduit d’évacuation de fumée a été créé à l’extérieur de ma maison. Il fait 8 mètres de haut.
Mes questions sont les suivantes :
- L’installateur a posé un conduit inox/inox simple paroi à l’extérieur. Est-ce correct ?
- Il n’a pas créé d’arrivée d’air dans la maison alors que les autres installateurs en créent une. Est-ce aux normes ?
- Il a fait un essai du poêle et le tirage semble très correct, par contre nous avons toujours une odeur de bois brûlé dans le salon sachant que j’ai vidé le poêle et que nous ne nous en servons pas pour le moment.
Merci d’avance

47.  Le 09/09/2013 à 08h54, Mathilde Chevallier a dit :

@Isabelle : Nous avons une page consacrée au conduit d’évacuation des fumées dans notre fiche produit : http://www.quelleenergie.fr/economies-energie/poele-granules-bois/conduit-evacuation. Je pense qu’elle pourra vous aider à répondre à vos questions.

48.  Le 20/09/2013 à 12h01, Godel a dit :

Bonjour,
Vos informations sont très intéressantes et je vous remercie de les faire partager. Cependant, une question subsiste me concernant : notre tubage est de 130 mm, est-il possible d’utiliser un poêle avec une sortie de 150mm avec un adaptateur ?
Merci d’avance pour votre réponse.

Cordialement
M Godel

49.  Le 02/10/2013 à 18h02, claude a dit :

Bonjour,

Mon poêle à bois posé par un professionnel manque de tirage. Le haut du conduit d’évacuation des fumées (cheminée gainée ) se trouve à 1,40 M au dessous du niveau de faîtage de la maison.
Ceci explique-t-il le mauvais tirage ?
Existe-t-il des normes à ce sujet ?
Merci de vos informations

50.  Le 07/10/2013 à 14h01, Mathilde Chevallier a dit :

@Claude : Il est très probable que le positionnement de la sortie de votre conduit d’évacuation explique le mauvais tirage de votre poêle. Les bonnes pratiques veulent que le conduit soit situé de préférence sur le pan « sous le vent » de votre toiture, c’est-à-dire du côté opposé aux vents dominants, de manière à ce que l’orifice se trouve en zone de dépression. L’idéal est que le faîtage soit perpendiculaire aux vents dominants.
Il convient également que l’extrémité du conduit dépasse la ligne de faîtage de votre toit.

En terme de réglementation, consultez l’Arrêté du 22 octobre 1969 et votre Règlement sanitaire départemental (RSD). Extrait de l’arrêté : « Les orifices extérieurs des conduits à tirages [...] doivent être situés à 0,40 mètre au moins au-dessus de toute partie de construction distante de moins de 8 mètres [...]« . Vous trouverez facilement les détails en ligne. Notez que ces dispositions ne vous garantissent pas en tant que tel une garantie de bon tirage, ce dernier étant tributaire de différents paramètres éventuellement spécifiques à votre installation.

51.  Le 07/10/2013 à 14h04, Mathilde Chevallier a dit :

@Godel : Il est certainement tout à fait possible de réaliser cette réduction de conduit. Toutefois, comme indiqué dans l’article, on limite généralement la réduction ou l’agrandissement d’un conduit à 10 mm car, au-delà, il y a de forts risques de création de bistre, ce qui pourrait donc engendrer un mauvais fonctionnement de votre poêle.

52.  Le 14/10/2013 à 10h48, Marc a dit :

Je constate, en lisant les différents intervenants de ces commentaires, qu’il y a pour certains un problème de bistrage. Or, le bistrage provient souvent d’écoulement d’eau pluviale dans le conduit. Je possède deux cheminées neuves composées de tubages galvanisés double peau de marque Poujoulat. Ces deux cheminées se terminent par deux souches faites sur mesure. Or, j’ai constaté l’écoulement d’eau lors de fortes pluies additionnées de vent. Il a fallu, pour régler le problème, que l’installateur modifie les souches en rapportant une protection évitant les entrées de pluie; la modification est efficace.
Il s’avère que les souches commercialisées ne tiennent pas compte de ces problèmes.
Combien de gens ont des problèmes de bistrage du fait de ces matériaux ?
Le bistrage, c’est tout simplement la cristallisation des suies mouillées réchauffées par le conduit. Il devient donc plus inflammable. IL EST ÉTONNANT QUE DES PROFESSIONNELS, N° 1 POUR CES PRODUITS EN EUROPE, N’EN TIENNENT PAS COMPTE ! Car c’est toujours l’utilisateur qui est lésé. J’ai contacté un spécialiste de l’entreprise en question; il m’a répondu que j’aurais dû mettre des souches différentes. C’est amusant de constater que mon installateur ayant travaillé en relation avec cette entreprise n’ait pas été averti à temps car l’installation et la démolition des cheminées existantes ont coûté 15.000 euros !
De plus, il est étonnant (encore !) de constater que les normes concernant la disposition des tuyaux aient changé. En effet, pour des tuyaux simples, l’emboîtement se fait dorénavant, à l’inverse de ce qui se faisait autrefois. Pourquoi ? On invoque un meilleur tirage, or, ce n’est pas prouvé ! Mais cela convient mieux aux installateurs et autres professionnels qui évitent ainsi, en partie, le problème évoqué précédemment. Le bistrage n’étant plus apparent mais à l’intérieur du tuyau. Les odeurs toutefois persistent car le bistrage dégage des odeurs nauséabondes.
Donc, pour terminer, je conseille à ceux qui connaissent les désagréments du bistrage de vérifier la souche de leur cheminée et de faire les modifications nécessaires, en tenant compte des vents dominants, afin de résorber ces problèmes. Ces modifications ne devraient pas perturber le tirage (il s’agit de placer un petit bandeau de métal, aluminium de préférence, de 10 cm de haut, côté vents dominants).
Bon courage !

53.  Le 14/10/2013 à 13h59, Mathilde Chevallier a dit :

@Marc : Merci de partager votre expérience !

54.  Le 02/11/2013 à 00h31, Etienne a dit :

Bonjour !
Je souhaite installer un poêle à bois chez moi comme chauffage d’appoint (dans une pièce dure à chauffer car très haute de plafond).

1er point :
J’ai rencontré 3 professionnels qui me conseillent tous un poêle de faible puissance (6-7 kW/h) afin de pouvoir utiliser le poêle à pleine puissance. Ceci éviterait la création de bistre, présent si le poêle est plus puissant car sous utilisé. Jusque-là ok.
Cependant, l’un des installateurs m’a présenté des poêles danois ayant des puissances variables (de 3 à 12 kW/h), en m’expliquant que le risque de bistre si le poêle est sous-utilisé est supprimé par la triple combustion présente dans ces poêles. Es-ce correct ?

2ème point plus embêtant qui a été mis en lumière par les 3 professionnels :
Le conduit de cheminée, construit au même moment que l’extension (la pièce haute de plafond) il y a 20 ans, n’a pas été réalisé aux normes car il entre en contact avec 2 pannes du toit appartenant à la partie initiale de la maison (une sur toute une face de la panne et l’autre juste sur une arrête car elle a été repiquée par la suite pour soutenir le faite du toit).

Les 3 professionnels ont constaté ce problème, mais la solution qu’ils envisagent pour le résoudre est à chaque fois différente et je suis un peu perdu car je n’y connais rien :
– Le premier considère que refaire le conduit n’est pas nécessaire et il me propose de remplir tout l’espace entre le tubage et le conduit (le vide annulaire si j’ai bien compris) par du BIAFEU (quelqu’un connaît ? Es-ce efficace et suffisant dans mon cas ?). Il m’a expliqué que cela suffirait pour que mon installation soit sécuritaire et aux normes.
– Le second non plus ne refait pas le conduit mais installe un conduit spécifique isolé par de la laine de roche (isoflex ou un truc de ce style). Il considère que la solution du premier est dangereuse car cela crée un piège de chaleur dans le conduit et augmente la condensation. Et que par conséquent s’il y a un feu de conduit, ma maison brûle.
– Enfin, le 3ème me dit que les 2 premiers sont incompétents, leurs solutions étant insuffisantes et donc dangereuses. Pour lui, la seule solution est de casser le conduit existant et d’en refaire un nouveau.

Devant ces discours totalement différents, je suis perdu et ne sait pas quoi penser. Quel est votre avis concernant mon cas ?

Petite précision : j’ai un conduit de 25 x 25 cm. Je reste à dispo si vous avez besoin d’infos complémentaires.

En vous remerciant par avance, toute aide ou avis est bienvenu !

Etienne

55.  Le 12/11/2013 à 22h01, franck a dit :

Je voudrais investir dans un poêle à bois, afin d’éviter trop de « casse » dans la maison. Je préférai créer une évacuation dans le mur près du poêle, ce qui me ferait à peu près un tuyau de 2,50m. La longueur de celui ci serait-elle suffisante pour un tirage correct sachant que je ne me servirais de ce poêle que comme chauffage d’appoint ? Merci

56.  Le 14/11/2013 à 18h04, Mathilde Chevallier a dit :

@Etienne : Sans doute les poêles les plus performants réduisent-ils le bistre, mais le surdimensionnement n’est pas une bonne pratique, en effet : d’une part, votre investissement initial sera supérieur et de l’autre le rendement global sera moins bon, vous y perdrez donc à long terme en coût énergétique. Pour le cas extrême des quelques jours les plus froids de l’année, vous pourrez toujours faire fonctionner un autre système d’appoint si nécessaire (four, fer à repasser…) ou accepter au pire et à titre exceptionnel de ne pas atteindre les fatidiques 19°C quitte à se couvrir d’une laine pour l’occasion.

Pour la cheminée, c’est un peu technique et sans doute plusieurs méthodes sont-elles possibles. Le Biafeu est une méthode approuvée par le CSTB et semble donc recommandable. La solution a le mérite de la simplicité. La seconde méthode ne corrige pas le problème supposé de la première tout en proposant une méthode similaire : l’argument de la condensation semble d’ailleurs incohérent. Pour la dernière solution, il n’est pas ahurissant non plus de déplacer une panne intermédiaire : le coût ou la dimension du chantier ne sera peut-être pas supérieur à la destruction/reconstruction d’un conduit d’évacuation.

57.  Le 14/11/2013 à 19h31, Mathilde Chevallier a dit :

@franck : S’agit-il de relier le poêle à un conduit d’évacuation ou de créer un nouveau conduit ? Dans ce cas, le tirage est surtout conditionné par le tirage de la cheminée et moins par la longueur du tuyau de raccordement. Evitez si possible de multiplier les coudes, pertes de charges et sections horizontales qui pourraient accumuler rapidement de la suie et obstruer le conduit – et donc réduire le tirage.

58.  Le 22/11/2013 à 04h33, MORET Gérard a dit :

Dans la réponde d’Alexandre Docteur à) Landet Jean-Paul, le 17.10.2012, il est dit  » le nouveau conduit ne pourra pas traverser la chambre de votre logement à moins que le nouveau conduit se trouve dans un coffre en matériaux inflammable, accessible et ventilé ». Ne serait-ce pas plutôt en matériaux ininflammables ?

59.  Le 25/11/2013 à 11h20, Mathilde Chevallier a dit :

@Moret Gérard : Oui, évidemment ! Désolée pour cette erreur d’inattention.

60.  Le 14/12/2013 à 13h58, Gehin a dit :

Je cherche à savoir si le sur-dimensionnement d’un conduit des fumées d’un poêle à bûches récent n’est pas une cause de mauvaise évacuation de celles-ci avec refoulement (perte de charge évidente à mon sens) surtout lorsque ce poêle fonctionne en régime réduit. En bref, comment doit s’appliquer la règle du plus ou moins 10 mm de réduction de diamètre tolérée sur les conduits ? De la sortie du poêle à l’évacuation au-dessus du toit ? Est-elle à appliquer à la jonction conduit de raccordement sur conduit d’évacuation ?
Dans mon cas, je projette de changer mon poêle actuel de sortie 200 mm constant sur l’ensemble de l’installation – jusqu’à la sortie sur le toit – par un appareil conçu pour un conduit de raccordement de 125 à 150 mm. Dois-je adapter le même diamètre jusqu’au toit ?

61.  Le 20/12/2013 à 15h27, Mathilde Chevallier a dit :

@Gehin : Le sur-dimensionnement du conduit de fumée peut en effet entraîner une divagation des fumées à l’intérieur du conduit et un refoulement éventuel, précisément dans le cas d’un fonctionnement à puissance réduite. Mais la qualité du tirage est aussi grandement dépendante de la position du conduit en sortie de toiture : dépasse-t-elle bien du faîtage ? N’est-elle pas située sur le versant de toit en dépression par rapport aux vents dominants ? Un diamètre constant du conduit est certes recommandé, mais ce n’est pas toujours indispensable. Il conviendrait de vérifier précisément auprès d’un chauffagiste, en fonction de votre modèle de poêle, si le raccordement de 150 à 200 mm pose véritablement problème dans votre cas. La règle des 10 mm est une précaution générale, elle ne doit pas s’entendre à la lettre.

62.  Le 02/01/2014 à 16h42, Flem a dit :

Bonjour,
Je souhaiterais avoir un renseignement par rapport au conduit de raccordement (simple peau) partant de mon poêle à bois étanche.
Quelle hauteur maximal peut-il faire, sachant que j’ai une hauteur sous plafond de 6.5 m ?
Merci d’avance de votre réponse et bravo pour votre site très instructif grâce auquel j’ai trouvé beaucoup d’informations.
Bien cordialement.

63.  Le 06/01/2014 à 18h57, Mathilde Chevallier a dit :

@Flem : Il n’y a pas dans la réglementation de longueur verticale maximale pour le conduit de raccordement.
Les contraintes particulières sont une longueur verticale minimale de 3 m entre deux raccords en T (pour les changements de direction) et des longueurs maximales de 2 ou 3 m pour les sections horizontales.
Il faut veiller d’autre part à respecter les distances minimales par rapport aux parois combustibles (plafond, murs…) ou à les protéger en cas de nécessité de passage à proximité.

Laissez votre commentaire

Tous les champs marqués d'un * sont obligatoires

Etude énergétique

Faites des économies :
étude énergétique
en quelques minutes !

Date de construction de votre maison :

Devenez Fan sur Facebook !

Sites partenaires